Cercle Condorcet Pointe de Caux

Logo du cercle Condorcet Le Havre
 
Photo de statue de Condorcet

 

Éduquer ? Plus que jamais !

 

Le mot du Président,

 

S'informer, échanger, débattre

 

 

Septembre à décembre 2017

 

Lundi 9 octobre 2017 : Une VIe République ? Pour quoi faire ?

 

Lundi 13 novembre 2017 : Le Nucléaire a-t-il encore un avenir ?

 

Attention date et heures différentes

Mardi 12 décembre 2017 : Et si l’on reparlait de l’École ?

 

A l’Université du Havre à 18h, Amphithéâtre Manneville

Intervenants : Jean-Paul DELAHAYE, inspecteur général de l’éducation nationale (IGEN)
Qu’est-ce qui rattache encore L’École d’aujourd’hui -de la maternelle au lycée - au socle des valeurs de la République ? Peut-on en effet raisonnablement parler d’égalité des chances, parler d’une école de la réussite quand elle n’a jamais été aussi inégalitaire ? Parler encore de l’école ? Mais parce que la question participe des questionnements du Cercle Condorcet ! Sans doute aussi parce qu’il n’est guère de rentrée scolaire sans que sondages et médias déclinent à l’envi l’antienne « la France se méfie de son école », cette France en tous cas convaincue, non sans raison, du peu d’efficacité de réformes successives sans cesse détricotées. Parce qu’enfin, la conjoncture politique nous amène à nous interroger sur les perspectives de « réforme(s) » que nous réserve cette majorité d’un nouveau type. Parler de quoi ? De l’école dans l’hétérogénéité de ses territoires : de ses relations avec les collectivités territoriales, les élus, les associations de parents, de quartier ; des relations école / collège ? De l’autonomie des établissements et de la carte scolaire : libre concurrence ou égalité devant le service public d’éducation ? De la formation des enseignants… De l’évaluation des élèves et de leur suivi : compétences, orientation, redoublement…. D’une gestion pour le coup inégalitaire des moyens susceptibles de corriger les inégalités des territoires… Une politique en faveur de l’école relèverait-elle du seul Ministère de l’éducation nationale ? Osons une vision : ne pourrait-on faire aujourd’hui pour l’Éducation nationale ce que Jules Ferry a fait pour l’Instruction publique ?